Pourquoi la gestion des comptes à privilèges est-elle importante pour votre organisation ?

Maîtrisez vos comptes à privilèges

Sommaire

Les comptes à privilèges, une cible fréquente, des risques d’attaques réels

 

Transformation digitale, pratique du home office, ressources hébergées dans le cloud… Aujourd’hui, les organisations doivent faire face à de nombreuses menaces (attaques cyber, fraude, vol ou compromission de données), qui, avec les nouveaux usages, se multiplient et se diversifient.

À ce titre, les comptes à privilèges demeurent une cible prisée des hackers. En témoigne notamment l’attaque dont a été victime Uber en septembre 2022. Si l’impact de cette attaque est encore en cours d’évaluation, il est sans aucun doute massif ! Le hacker à l’origine du piratage est de fait parvenu à prendre le contrôle de plusieurs outils cruciaux de l’entreprise.

Or, les comptes à privilèges constituent un excellent moyen de pénétrer les systèmes d’une organisation : en l’espace de deux semaines, un hacker peut prendre le contrôle du système d’information via le piratage d’un compte à privilèges.

Parce que les accès à privilèges de votre organisation permettent l’accès aux ressources les plus critiques et dotent leurs détenteurs de permissions extraordinaires, il est indispensable de renforcer leur protection. La mise en place d’une politique de gestion des comptes à privilèges s’impose !

Gestion des accès à privilèges : les fondamentaux

Garantir un niveau de sécurité optimal de vos accès à privilèges est primordial. Avant de plonger dans le vif du sujet, voici quelques notions élémentaires à retenir.

 

Quelle est la définition d’un compte à privilèges ?

Un compte à privilèges se différencie d’un compte dit standard au sens où il permet à ses utilisateurs de disposer d’un niveau de permissions plus élevé sur un périmètre de données et d’actions précis. Ainsi, les comptes à privilèges donnent la possibilité à leurs utilisateurs de bénéficier de capacités augmentées au regard des comptes standards.

La création et l’usage de comptes à privilèges sont pensés pour garantir la confidentialité et la sécurité des données et opérations critiques. Les ressources, applications et infrastructures protégées par des accès à privilèges peuvent différer suivant – entre autres – le secteur d’activité des organisations. Pour autant, certains services ou départements ont plus naturellement recours aux comptes à privilèges, car susceptibles d’exécuter des opérations sensibles et de manipuler des informations confidentielles. C’est bien entendu le cas de la DSI mais, aussi, dans une certaine mesure, de l’ingénierie, de la production ou de la finance.

Vous l’aurez compris : la création d’accès à privilèges participe ainsi de la sécurisation des données, applications et infrastructures critiques présentes au sein des Systèmes d’Information (SI). Dans le même temps, ces comptes à privilèges sont, eux aussi, à considérer comme des actifs sensibles de l’entreprise ! D’où la nécessité d’identifier et sécuriser chaque compte à privilège existant au sein de l’organisation, notamment en :

  • déclarant la création de tout compte à privilèges.
  • documentant chaque accès créé, de façon à savoir qui y accèdera, quand, comment et pourquoi.

 

Qu’est-ce que la gestion des accès à privilèges ?

La gestion des accès à privilèges ou Privileged Access Management (PAM) en anglais, est une activité et un processus de cybersécurité qui vise à contrôler l’usage, à superviser et auditer les accès privilégiés présents au sein du SI de l’entreprise. Identités (humaines ou machines) et activités associées aux comptes à privilèges sont ainsi passées au crible pour s’assurer que leur sécurité renforcée, par rapport aux comptes standard, est assurée.

La gestion des comptes à privilèges fait partie intégrante de la stratégie de gestion des identités et des accès (IAM, Identity and Access Management en anglais). Elle permet de gérer et protéger les droits des utilisateurs individuels, mais également les comptes de droits d’accès partagés, les comptes administratifs et les comptes de service, soit tous les comptes à privilèges de l’organisation.

Mettre en place une gestion des accès à privilège à l’aide d’une solution PAM

 

Pour mettre en œuvre la gestion des accès à privilèges, les entreprises s’équipent le plus souvent d’une solution dédiée, appelée solution PAM (Privileged Access Management). De nombreuses solutions de ce type sont disponibles sur le marché : Privileged Access Manager de CyberArk, Wallix Bastion, ou encore la plateforme Universal Privilege Management de Beyond Trust et Secret Server de Delinea.

 

Solution PAM (Privileged Access Management) : quels enjeux ?

L’implémentation d’une solution PAM a notamment pour objectif de répondre aux besoins des organisations suivants :

  1. Faciliter la gestion des identifiants de comptes : plutôt que de s’appuyer sur des processus administratifs manuels, la mise à jour des identifiants est automatisée de façon à gagner en temps et en efficacité, mais aussi à réduire les risques d’erreurs humaines.
  2. Monitorer l’activité des comptes à privilèges : le suivi des sessions permet de détecter de potentielles menaces en identifiant des comportements inhabituels par exemple, et de s’inscrire dans une logique de conformité.
  3. Anticiper les menaces cyber et réduire les risques d’attaques, de vol, de fraude ou de compromission des données associées aux comptes à privilèges, en corrigeant en temps voulu les incidents de sécurité constatés.
  4. S’affranchir du traditionnel modèle de cybersécurité périmétrique pour lui préférer une approche de type Zéro Trust, notamment via le contrôle des accès utilisateur privilégiés au cloud et aux applications SaaS (Software As A Service).

 

Solution PAM (Privileged Access Management) : quelles fonctionnalités ?

Le recours à une solution PAM permet ainsi de mettre en place une stratégie de gestion des comptes à privilèges automatisée, s’appuyant – entre autres – sur les fonctionnalités suivantes :

  • Le stockage des mots de passe des comptes à privilèges au sein de coffres-forts centralisés et chiffrés.
  • La mise en place d’un contrôle d’accès renforcé aux comptes à privilèges, pouvant être dynamique ou s’appuyant par exemple sur une logique de rôles (RBAC).
  • Le provisionning et le déprovisionning des accès.
  • La rotation automatique des mots de passe.
  • L’identification des abus liés à l’utilisation des accès à privilèges (malveillance, négligence, erreurs humaines) grâce au suivi de l’activité des utilisateurs et parfois même l’enregistrement des sessions utilisateur.

Gestion des accès à privilèges et solution PAM : quels bénéfices concrets ?

 

Anticiper les éventuelles cyberattaques

Comme évoqué précédemment, les accès à privilèges sont une cible de choix pour quiconque souhaiterait prendre le contrôle du SI de votre entreprise. La mise en place d’une politique de gestion des accès à privilèges efficace permet ainsi de réduire le risque de cyberattaque dont votre organisation pourrait être la cible.

Vous équiper d’une solution PAM peut s’avérer particulièrement utile : via la gestion centralisée et automatisée des comptes, des identifiants, des sessions à privilèges et la sécurisation des identités à privilèges, vos actifs critiques sont moins exposés au risque d’erreur humaine et vos Systèmes d’Information sont plus hermétiques aux attaques.

 

Ajuster votre stratégie cyber aux nouveaux usages via l’adoption d’une démarche type Zéro Trust

La démocratisation du télétravail, l’hébergement des ressources de l’entreprise dans le cloud et les droits d’accès octroyés pour y accéder doivent nous inciter à repenser nos stratégies de défense face aux nouveaux risques que ces usages génèrent.

La logique dans laquelle s’inscrit la gestion des accès à privilèges est une parfaite opportunité pour repenser le modèle stratégique de cybersécurité périmétrique et pour lui préférer une approche de type Zéro Trust. Cette approche, exposée dès 2010 par John Kindervag, analyste de Forrester Research s’attache à balayer la notion de confiance implicite au sein des organisations.

Le principe est simple : toutes les données et ressources demeurent inaccessibles par défaut. La sécurité des actifs s’articule autour des identités (machines ou humaines, en local ou à distance) qui doivent être vérifiées et autour des accès qui leur sont attribués, dans le respect du principe de moindre privilège. Le retrait des privilèges élevés aux comptes personnels, l’obligation d’utilisation d’une solution PAM pour accéder aux ressources et la mise en place de stratégies de surveillance des sessions et de provisionnement d’accès “à la volée” concourent à la mise en place d’une démarche Zéro Trust.

 

Optimiser la productivité des équipes

Gérer les accès à privilèges de son organisation, c’est aussi fluidifier les processus et faciliter l’accès sécurisé aux ressources de l’entreprise pour les utilisateurs privilégiés. La solution PAM leur permet de se connecter simplement et rapidement aux systèmes et applications sans avoir à mémoriser quantité de mots de passe.

Qui plus est, les responsables d’équipes et d’application ont la possibilité de gérer les privilèges d’accès octroyés aux membres de leur équipe de façon centralisée, sans faire appel à différents systèmes ou applications. Un gain de temps non négligeable apprécié de tous, permettant aux équipes de se concentrer sur l’opérationnel et de gagner en productivité.

Gestion des accès à privilèges : la solution PAM, le remède à tous les maux ?

Vous l’aurez compris, bien s’outiller est le minimum requis pour gérer ses accès à privilèges. Le recours à une solution PAM permet de relever nombre de challenges. Pour autant, les organisations ayant mis en place une solution PAM rencontrent en pratique des difficultés à satisfaire certains besoins :

  • Aligner le cycle de vie des identités et de leurs comptes à privilèges.
  • Sécuriser le champ d’application de la solution PAM, qui est en constante évolution.
  • Suivre les mouvements d’équipes ayant accès à la solution PAM.
  • Éviter les dérives dans Active Directory et dans la solution PAM, générées par ces changements continus.
  • Donner de la visibilité aux managers et propriétaires des coffres-forts.
  • Démontrer la maîtrise de la gestion des comptes à privilèges aux auditeurs externes.
  • Optimiser les coûts de licence de leur solution PAM.

Adopter une politique de gestion des comptes à privilèges présente ainsi de nombreux avantages en termes de sécurité notamment, que ce soit en mode préventif ou curatif. En parallèle, travailler à la mise en place d’une gouvernance des accès à privilèges constitue une piste complémentaire et satisfaisante pour adresser l’ensemble de ces besoins.

Envie d’en savoir plus ? Continuez votre lecture ici !

Sur la même thématique